Lettre aux ministres – Carbon Farming

Objet : Absence de consultation du secteur agricole sur le “carbon farming”, malgré les graves impacts sur notre agriculture et le climat

Monsieur le Ministre,


Cette semaine, le Trilogue européen devrait acter sa position sur le Cadre de certification des
absorptions de carbone (CRCF). La Commission européenne, le conseil des Ministres de
l’environnement, et le Parlement européen ont en effet acté leur position. Il s’agit d’une position
cruciale pour notre avenir climatique, mais aussi de notre agriculture. En effet, le secteur agricole est
directement concerné par la proposition qui acte le système du « carbon farming » : vendre des crédits
carbone sur base du stockage des sols agricoles, et permettre ainsi à des industries de « compenser
leurs émissions ».

La FUGEA, comme de nombreux scientifiques et associations, dénonce ce mécanisme :
– Premièrement, parce que les fondements de base de ce mécanisme ne permettent pas de
régler les problèmes climatiques : stockage non permanent, limité dans le temps et à impact
global (très) limité. Un dispositif aussi important doit être validé scientifiquement ce qui n’est
pas le cas !
– Deuxièmement, parce que les systèmes renforcent les dérives dans le monde agricole : petite
ou moyenne ferme défavorisée, rachat de terre par des acteurs externes, etc. Vous le savez,
la FUGEA se bat pour avoir des politiques publiques plus justes et assurer l’accès au foncier.
Le “carbon farming” fait l’inverse en privatisant les aides à l’agriculture, en favorisant les
grandes fermes et la spéculation foncière.


Si le système du « carbon farming » est aberrant, la prise de décision au niveau de l’Union européenne
l’est encore plus ! Le cadre a été construit et voté en un temps record. Aucune étude d’impacts ou de
réflexions autour des balises nécessaires (notamment sur la gestion publique du système) ont été
menées. Surtout, ce sujet n’aura fait l’objet d’aucun débat publique ou politique.

En Wallonie, les syndicats agricoles n’ont jamais été consulté. Cette absence de consultation est
interpellante, d’autant plus à la vue de l’importance des impacts sur notre secteur. La FUGEA refuse
que l’avenir de nos fermes et de nos ambitions climatiques soient mis en péril par des décisions
prises en douce ! Notre syndicat sollicite une rencontre d’urgence sur ce sujet, afin d’avoir des
explications et échanges sur ce dossier crucial pour notre agriculture wallonne. Et ceci d’autant plus
que la Belgique va prendre la présidence de l’Union européenne.


Dans l’attente de vous rencontrer, nous vous remercions pour l’attention et l’énergie que vous
accorderez à notre demande et vous transmettons nos salutations distinguées.


Quentin Goffinet, Président de la FUGEA faisant fonction

Personnes de contact :
Hugues Falys – porte-parole : 0497 61 64 14
Thomas Huyberechts– chargé de mission politique : 0499 88 33 93 – th@fugea.be

Comments are closed.