PAC

Position de la FUGEA sur la prochaine PAC

Une PAC qui soutient les jeunes

En Belgique, en 2010, il ne restait que 2 060 agriculteurs de moins de 35 ans sur un nombre total de 42 870 agriculteurs, ils ne représentaient que 4,8% des agriculteurs selon Eurostat. Il est primordial de redonner l’envie aux jeunes de se lancer dans l’agriculture, que ce soit en reprenant une ferme ou en s’installant. L’agriculture a besoin de repreneurs dans le cadre familial mais également de repreneurs hors cadre familial. Favoriser l’installation et la reprise des exploitations doit être un des objectifs premiers de la future PAC. Pour cela, la PAC doit entreprendre un virage important : régulation des productions, transparence des marges, revenu rémunérateur…telles devraient être les trois priorités de la future PAC pour les agriculteurs.

Une PAC qui soutient les éleveurs

La FUGEA soutient le maintien d’une aide couplée importante pour l’élevage. Nous défendons la mise en place d’une aide au vêlage en remplacement de l’aide au bovin femelle viandeux, trop complexe à gérer pour les éleveurs et l’administration. Nous défendons également le soutien aux éleveurs qui favorisent l’autonomie fourragère et protéique au sein de leur exploitation.

Une PAC qui soutient les petites et moyennes exploitations.

Lors de la conférence « CAP : have your say », la Commission européenne a bien rappelé que 20% des agriculteurs touchaient 80% des paiements directs. La FUGEA demande la mise en place d’un plafonnement des aides pour les 100 premiers hectares par agriculteur actif afin de favoriser la justice et l’équité entre agriculteurs. Par ailleurs, la FUGEA s’oppose à la mise en place obligatoire d’une boîte à outils « gestion des risques » qui reprendraient des outils non voulus par le secteur tels que les mécanismes assurantiels ou mutualisation des risques.

Une PAC qui contrôle moins mais mieux : demande de transparence et simplification

La lourdeur des contrôles et des sanctions devient problématique pour les agriculteurs. Une simplification administrative doit s’établir au niveau des contrôles et de la conditionnalité  afin de les rendre plus efficaces et moins lourds.

Vous trouverez sur ce lien les réactions de la FUGEA aux propositions de position de la Wallonie sur la PAC post 2020.